Publications

2016

  • “Is that madness?”: Les organes de la folie romantique (Paris: Michel Houdiard, 2016) Sous la direction de Caroline BERTONÈCHE et Denis BONNECASE
    136 pages

    IS THAT MADNESS

  • Mélancolyre Lire et penser la mélancolie: romantisme allemand et anglo-américain, Textes réunis sous la direction de Laurent Folliot, Jean-Marie Fournier et Marc Porée. Michel Houdiard. Cet ouvrage entend d’abord rendre hommage à l’oeuvre critique de notre collègue, Christian La Cassagnère, fondateur du Centre du Romantisme anglais, et président d’honneur de la Société d’Etudes du romantisme anglais (SERA). Il prend également pour objet la mélancolie et les différents traitements auxquels elle a donné lieu, de la part de poètes, de théoriciens, d’artistes, principalement anglais, mais également allemands, situés au coeur, ou à la marge, de la mouvance romantique.
  • Laurent Châtel. William Beckford: The Elusive Orientalist. Oxford University Studies in the Enlightenment.  Oxford: Oxford University Studies in the Enlightenment, November 2016. Pagination: xvi + 268 pp., 8 ill., pb (broché) Price: £65 / €75 / $85. ISBN-13: 978-0-7294-1188-2
    http://www.voltaire.ox.ac.uk/www_vf/default.ssi

Un blog promotionnel a été publié sur l’orientalisme et la culture britannique aux XVIIIe et XIXe siècles:
https://voltairefoundation.wordpress.com/

ose-2016-11-100pc

  • Denis Bonnecase, ed. Coleridge: Critical Readings. Paris: Michel Houdiard, 2016
  • Adam SMITH, Théorie des sentiments moraux, trad. Sophie de Condorcet, rev. Laurent Folliot (Payot: Rivages, coll. Petite Bibliothèque) 784 pages. 12 euros

http://www.payot-rivages.net/livre_Theorie-des-sentiments-moraux-ADAM-SMITH_ean13_9782743635992.html

9782743635992

  • Céline Sabiron, Écrire la frontière: Walter Scott, ou les chemins de l’errance (Presses Universitaires de Provence, 2016)
Quatrième de couverture: Homme de la frontière, Walter Scott est bien placé pour écrire sur cette limite à la fois concrète, topologique et abstraite, théorique. Né entre deux âges, à Édimbourg, capitale écossaise aux deux visages divisée entre la Vieille Ville et la Ville Nouvelle, il est issu d’une puissante famille frontalière et a passé sa jeunesse dans les Borders, zone de marche entre l’Angleterre et l’Écosse, avant de s’y installer définitivement. Structure charnière et conjonctive, la frontière est la véritable héroïne de sa série des “Waveley Novels” dont le nom est tiré du titre du premier roman publié il y a deux cents ans. L’œuvre de Scott est d’entrée de jeu placée sous le signe du déplacement et plus particulièrement de l’errance qui fait référence à un voyage interminable et sans but précis. Waverley, le prénom du personnage éponyme, vient en effet du verbe « waver » qui, certes, signifie hésiter en anglais, mais qui a aussi le sens d’errer, de vagabonder en écossais vernaculaire où il est employé comme un synonyme du verbe « wander ». Les intrigues romanesques reposent sur ces jeux de traversées transfrontalières, à la fois physiques et symboliques, qui sont l’occasion d’épreuves initiatiques transgressives en accord avec l’autre sens du mot errance, synonyme de défiance et d’erreur.
Cette monographie s’interroge sur le rôle de la frontière chez Scott dans le contexte littéraire des récits de voyage sur l’Écosse avec Defoe, Pennant ou encore Johnson et Boswell, et dans le cadre historique de la tradition du voyage au XVIIIe siècle. L’objet de cette étude sur l’écriture de la frontière, et notamment du voyage erratique, est de dégager une voie du milieu que nous qualifierons de scottienne, c’est-à-dire propre à l’écrivain.
couv_ECRIREFRONTIERE

2015

Anne Rouhette, Histoire d’un voyage de six semaines de Mary Shelley et Percy Bysshe Shelley (Presses Universitaires de Provence, 2015)

http://presses-universitaires.univ-amu.fr/histoire-dun-voyage-six-semaines-mary-shelley-percy-bysshe-shelley

couv_HISTOIRESHELLEY

Quatrième de couverture: Le 28 juillet 1814, alors qu’il est déjà marié et père d’un enfant, Percy Bysshe Shelley s’enfuit sur le Continent avec la toute jeune Mary Godwin. Dans un étonnant périple de six semaines, à pied, à dos d’âne, en voiture ou en canoë, ils vont traverser une France dévastée par les guerres révolutionnaires avant de gagner la Suisse puis de suivre le cours enchanté du Rhin en Allemagne et en Hollande. Deux ans plus tard, les voici repartis vers la Suisse, à Genève, où Byron les rejoint bientôt pour un été qui appartient à la mythologie littéraire comme celui où la future Mary Shelley conçut l’idée de Frankenstein. Sur les pas de Rousseau ou en excursion sur la Mer de Glace, les jeunes gens découvrent des lieux émouvants ou sublimes qui laisseront une empreinte durable sur leur œuvre littéraire. Écrit à deux mains, Histoire d’un voyage de six semaines, publié à l’automne 1817, contient leurs impressions de ces deux voyages ainsi que l’un des plus grands poèmes de Percy Shelley, « Mont Blanc ». Entre fragmentation et unité, réalité et invention, cette œuvre profondément romantique, traduite pour la première fois intégralement en français, fait du récit de voyage une véritable composition poétique.

  • Le numéro 11 de Miranda (« Antique Bodies in Nineteenth Century British Literature and Culture » édité par Caroline Bertonèche et Charlotte Ribeyrol et « Expressions of Environment in Euroamerican Culture »  édité par Wendy Harding et Gretchen Murphy) est en ligne (http://miranda.revues.org/6586).
  • Lord Shaftesbury, Lettre sur l’enthousiasme (Paris: Payot & Rivages, 2015), 128p. Traduction de l’anglais révisée, préfacée et annotée par Laurent Folliot
Quatrième de couverture: Aristocrate républicain, admirateur passionné de l’Antiquité, libre penseur platoniquement épris de vertu et de beauté, le 3e comte de Shaftesbury est l’un des penseurs anglais les plus influents du XVIIIe siècle. Il publie sa Lettre sur l’enthousiasme en 1708, au moment ou quelques réfugiés huguenots mettent en émoi l’opinion londonienne par leurs prédications millénaristes et leurs supposés miracles. Alors que les autorités sont tentées de prendre des mesures répressives, Shaftesbury soutient qu’on ne guérit pas le fanatisme par la contrainte, mais par la liberté de penser et de rire. Plaidoyer pour la tolérance dont l’urbanité recouvre une polémique acérée contre les passions tristes du dogmatisme religieux, auxquelles Shaftesbury oppose l’enthousiasme plus noble et plus rationnel des héros, des poètes et des philosophes.
  • Bonnecase, Denis, ed., Wordsworth. Lectures critiques. Paris: Michel Houdiard, 2015. Ouvrage publié avec l’aide de l’Institut Universitaire de France. Contributions de J. Moulin, P. Morère, C. La Cassagnère, M. Porée, S. Laniel-Musitelli, S. Scarpa, C. Roncato.

  • Laniel-Musitelli, Sophie et Constantinesco Thomas, eds., Romanticism and Philosophy: Thinking with Literature. N.Y.: Routledge, 2015.Contributions by C. Bode, E. Dayre, M. Sandy, A. Plotnitsky, S. Jarvis, P. Guibert, Y. Abrioux, A. Esterhammer, J. Faflak, L. Quinney, F. Dupeyron-Lafay, D. Follett, S. Dunston, P. Grimstad et E. Duffy. https://www.routledge.com/products/9781138805507

2014 

  • Anne Rouhette-Berton. Les Aventures de Perkin Warbeck. Paris: Classiques Garnier.

https://www.classiques-garnier.com/editions/index.php?page=shop.product_details&flypage=flypage_garnier.tpl&product_id=1463&category_id=65&option=com_virtuemart&Itemid=1&vmcchk=1&Itemid=1

MsyMS01b

Transparence romantique

  • Thiria-Meulemans, Aurélie. Wordsworth et ses miroirs : résonances des mythes d’Echo et de Narcisse. Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, 2014.

couverture wordsworth miroirs

  • Wilson-Costa, Karyn. Robert Burns: le poète et ses doubles. Lyon: Presses Universitaires de Lyon, 2014.

2012

  • Laniel-Musitelli, Sophie. « The Harmony of Truth » : Sciences et poésie dans l’œuvre de The Harmony of TruthPercy B. Shelley. Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, 2012.

2011

couverture Keats et l'Italie

2010

Françoise Dupeyron-Lafay. L’Autobiographie de Thomas De Quincey. Une Anatomie de la Douleur (Confessions d’un mangeur d’opium anglais (1821 et 1856), Suspiria de Profundis (1845), Esquisses autobiographiques, 1853). Paris : Michel Houdiard éditeur, septembre 2010, 384 p.

Présentation de l’ouvrage

Françoise DUPEYRON-LAFAY. L’Autobiographie de Thomas De Quincey. Confessions d’un mangeur d’opium anglais (1821 et 1856), Suspiria de Profundis (1845), Esquisses autobiographiques (1853)

2007

  • Gaillet-de-Chezelles, Florence. Wordsworth et la marche : Parcours poétique et esthétique. Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, 2007.

Wordsworth et la marche 

2002

 
logo-sera-bis
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s